100

              Commune de ROSBRUCK 

         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancien monument aux morts:

Le monument aux morts ci-dessus est celui érigé en 1924 à la mémoire des enfants de Rosbruck tombés au cours de la guerre 14-18. La statue de Marianne avait provoqué certains remous en son temps par la vue de la naissance de ses seins et de ses bras nus. Le curé de la paroisse, Monsieur l'abbé Wagner, avait refusé sa bénédiction. Il avait fallu attendre l'arrivée de l'abbé Froehlich pour revenir à des sentiments plus tolérants.
Un gros saule pleureur qui avait grandi derrière le monument a eu raison de Marianne pendant une nuit d'orage, la faisant chuter net vers la fin de la seconde guerre mondiale. Elle fut remplacée provisoirement par une croix de Lorraine façonnée avec des douilles d'obus de 105 par le forgeron local Clément Guldner Conseiller Municipal.
Victime des outrages du temps, elle a été remplacée à son tour par une autre croix de Lorraine conçue et réalisée elle aussi par un forgeron de la commune Marcel Anchling Conseiller Municipal.

 

 


Situé sur le giratoire de la RN3 en cours de réalisation, le monument sera désaffecté en tant que mémorial. Il restera en place, témoin d'un passé aux sacrifices glorieux et gratuits. Souvenirs pleins de nostalgie pour d'autres mais partie intégrante de l'histoire locale.
Un nouveau monument à la mémoire de tous ceux qui ont laissé leur vie au cours de toutes les guerres passées a été érigé entre la mairie et l'église.


Nouveau monument aux morts de Rosbruck:

Situé entre la mairie et l'église, ce nouveau monument aux morts fut érigé en 1988

Les 4 statues composant le nouveau monument aux morts furent installées par les ouvriers communaux le 6 octobre 1988. Chaque pierre pesant plus de 2 tonnes repose sur un socle de fondation en béton avec un solide ancrage.
Depuis le jour de leur installation et jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses questions furent posées quant à la signification de ces statues.

M. Petry, le sculpteur de Goetzenbruck, auteur du monument, nous en donne l’explication:
« Il y a d’abord la volonté très statique du traitement des personnages. Ils sont figés dans le traitement brut de leurs manteaux, il y a la représentation de la guerre, sa lourdeur et cette façon de s’abattre sur les hommes. Les visages taillés de manière figurative expriment le désarroi et le désespoir des hommes auxquels on a tout pris. 
C’est un ensemble dans une composition en arc de cercle qui accentue cette idée principale de l’errance des hommes auxquels la guerre a tout enlevé. » 

La pierre centrale qui fut posée en janvier 1989 comporte le texte d’Aragon choisi par le sculpteur pour accompagner son œuvre :

« Vous n’avez réclamé la gloire
   Ni les armes, ni l’orgue,
   Ni la prière aux agonisants. »

Malheureusement, une erreur s’y est glissée. En effet, dans l’épitaphe originale de Louis Aragon, il n’était pas question d’ « armes » mais de « larmes ».
Rendons à l’auteur ce qui appartient à l’auteur.

Mais dans tous les cas, les générations qui ont connu les horreurs de la dernière guerre se retrouveront dans cette citation et elle donnera sûrement à réfléchir à tous ceux qui, en raison de leur âge, en auront été épargnés.

 


Le monument du jumelage:

La stèle de la paix a été posée le 4 juillet 1998 le long de la RD 603, sur la frontière qui délimite de façon immatérielle les communes de Rosbruck et de Naßweiler.
Ce monolithe de 6 mètres de haut pesant 7,5 tonnes symbolise le jumelage entre les deux communes paraphé le 4 juillet 1992 par M. Roger Guldner, Maire de Rosbruck, M. Hans Werner Franzen, Ortsvorsteher de Naßweiler et M. Walter Wewer, Maire de Grande-Rosselle.
La stèle a été extraite de la carrière de Rotbach et taillée dans du grès des Vosges par l'artiste Bernard Pètry de Goetzenbruck. Elle est ajourée d'une colombe qui semble s'envoler vers un ciel serein et qui est elle-même surmontée de deux enfants représentant la jeunesse de nos deux pays, la France et l'Allemagne.
 

Historique du Jumelage :  ICI

Maquette de la stèle:


Le 5 juillet, à l'occasion des festivités du cinquième anniversaire du jumelage, la maquette du monument fut présentée à l'assistance par les maires des communes jumelées.
Ce jour là, la première pierre de la future stèle fut également posée symboliquement.

 

Article paru dans le RL  10 février 2016


La grotte de Lourdes:

La première église se situait à l’emplacement du distributeur de billets de banque du Crédit Mutuel et, lorsqu’on s’aperçut que ce lieu de culte devenait trop petit pour un village, il fut décidé d’en construire une nouvelle qui soit digne des paroisses de Rosbruck et de Morsbach et c’est en face du cimetière, qu’il a été décidé de l’implanter.

Celui qui fut à l’initiative de ce projet de reconstruction, dessiné par l’architecte sarregueminois Charles Desgranges, n’était autre que Monsieur l’Abbé Georges Wilt.

Cette église néo-gothique fut consacrée le 18 octobre 1869.

Elle résista tant bien que mal aux conflits de la seconde moitié du 19ème siècle et du début du 20ème siècle. Malheureusement, les batailles de la seconde guerre mondiale eurent en partie raison de cet édifice majestueux. Seulement en partie, car comme on peut le constater sur les photos de la plaque commémorative, l’église fut certes bien endommagée par les combats qui firent rage dans et autour du village, mais sa réhabilitation partielle en 1947-1948 a permis de la maintenir jusqu’en 1960. En 1951, des jeunes paroissiens bénévoles érigèrent une réplique de la Grotte de Lourdes  à côté de l’église.

Pendant les travaux de rénovation, une église provisoire, la troisième donc, fut installée rue de la Gare, l’actuelle rue des Jardins.

Pour la petite histoire, ce sont les enfants de chœur qui, lors de leurs journées de Mission, se construisirent une petite grotte dans la cour de l’ancienne école, l’actuel parc de la maternelle qui se trouve juste en face. Et le soir, à la tombée de la nuit, ils y allumèrent des bougies. Ils firent part à Monsieur Hanne, le curé de l’époque, de leur idée de réaliser une réplique plus imposante de la Grotte de Lourdes. Mais comme le terrain de la cour de l’école n’était pas disponible, l’abbé Hanne proposa aux enfants de chœur de la réaliser à côté de l’église. Ce qui fut entrepris sous la conduite professionnelle de Monsieur Louis Houllé.

Cette église fut détruite par les pelleteuses vers la fin de l’année 1966 début 1967.

Sur les conseils professionnels avisés de M. Pascal Flaus qui, il faut le rappeler, est archiviste de Saint-Avold et surtout enfant de Rosbruck, le Conseil Municipal a choisi de nommer cette place « Place Georges Wilt » en mémoire à ce curé bâtisseur. C’est un hommage que la commune de Rosbruck tient à rendre à cette personnalité marquante de son histoire, à celui qui fut curé de la paroisse de Rosbruck et de son annexe Morsbach de 1841 à 1887, c’est à dire pendant 46 années.


 


 La tombe des Uhlans:


(Photo Pascal Flaus 1989)                                                                                      (Photo mairie octobre 2017)

La tombe a été restaurée en juin 2017 par l'association « Reservistenkameradschaft » de Püttlingen (RFA).
Une nouvelle croix, identique à celle d'origine, ainsi qu'une plaque commémorative en marbre complètent le monument depuis octobre 2017.
 

La plaque commémorative posée le 27 octobre 2017 par l'association « Reservistenkameradschaft » de Püttlingen (RFA).

L’escarmouche de Rosbruck le 7 août 1870

 Le 6 août 1870, le général Frossard et son état-major quittèrent Forbach pour se replier sur Sarreguemines. Il en fut de même de la division Metmann. Pendant ce temps, le 12ème régiment de dragons se repliait de nuit à Morsbach, pour y rejoindre la brigade de dragons Juniac. Un groupe d’une vingtaine de dragons de ces deux escadrons ayant à leur tête le sergent Giraud prit position à Rosbruck. Des soldats montèrent dans le clocher de la nouvelle église d’où ils pouvaient observer toute la vallée de la Rosselle et la route d’Emmersweiler. A l’aube du dimanche 7 août 1870, la première section de la 6éme division d’Uhlans de Hanovre sous le commandement du lieutenant von Steinhagen et des éléments du 5ème escadron du 1er régiment brandebourgeois d’Uhlans, prirent la route de Forbach à Merlebach. Leur objectif était d’indiquer à l’état-major les positions françaises. Un accrochage sérieux eut lieu à Rosbruck au lieu-dit Hochfels où six cavaliers Uhlans furent abattus. Leurs corps furent enterrés non loin du lieu  de l’engagement. En septembre 1889, le préfet de la Lorraine proposait en vain au sous-préfet de Forbach ou Kreisdirector, le déplacement des corps de ces militaires vers une sépulture collective au mémorial allemand de la guerre de 1870, au cimetière de Forbach. Une tombe fut réaménagée en 1904 sur le bas-coté de la route nationale reliant Morsbach à Rosbruck à droite du premier virage. Elle fut prise en charge par l’association des Anciens Combattants de Rosbruck qui y organisait une commémoration annuelle. Cette tombe subit de nombreuses transformations.
Le monument fut déplacé lors de la construction en 1953 du nouveau pont au-dessus de la voie de chemin de fer et lors de la rectification de la RN3 que cette tombe gênait. Comme la commune de Rosbruck en avait malheureusement refusé le transfert dans son cimetière communal en 1952, la Direction de l’Equipement le fit déplacer après le pont de l’autoroute vers Cocheren. Le monument fut restauré une dernière fois par la commune en 1992. Les soldats reposent de nos jours au cimetière militaire de l’Ehrental de Sarrebruck.

La tombe a été restaurée par l’association « Reservistenkameradschaft » de Püttlingen (RFA) en juin 2017. Une nouvelle croix, identique à la celle d’origine, fut réinstallée en octobre 2017 par l'association.